maison close italie

La maison close, un lieu emblématique de la vie nocturne et des loisirs pour adultes. Si vous êtes curieux de découvrir cet univers méconnu ou simplement d’en savoir plus sur le sujet, cet article est fait pour vous. Nous parlerons principalement des maisons closes en Italie, leurs réglementations, les services proposés et d’autres informations intéressantes sur ce milieu.

Réglementation des maisons closes en Italie

Contrairement à certains pays européens, où les maisons closes sont légales et réglementées, l’Italie possède des lois interdisant strictement ces établissements. En effet, depuis la célèbre loi Merlin de 1958, les maisons closes et la proxénétisme sont considérés comme illégaux en Italie. Néanmoins, cela n’a pas empêché certaines personnes de contourner cette législation pour continuer leurs activités dans la clandestinité. En conséquence, il est fortement déconseillé de chercher à fréquenter des lieux de ce type en Italie, car en plus d’être illégal, cela peut représenter un danger pour votre sécurité personnelle.

Alternatives légales aux maisons closes en Italie

Malgré l’interdiction des maisons closes, il existe des alternatives légales à celles-ci pour ceux qui souhaitent explorer le monde du plaisir adulte en toute légalité. Voici quelques options populaires :

  • Les clubs échangistes : Ces établissements permettent à des couples (et parfois à des célibataires) de vivre des expériences sexuelles avec d’autres personnes, dans un cadre légal et sécurisé.
  • Les salons de massage érotique : Bien que le sexe en tant que tel ne soit généralement pas proposé lors des massages sensuels, ces services demeurent très prisés par ceux qui recherchent une expérience intime et relaxante.

Chiffres clés sur l’industrie du sexe en Italie

Bien que la prostitution en elle-même ne soit pas illégale en Italie, il est intéressant de connaître quelques données sur ce secteur. Selon différentes estimations, on compte environ 70 000 prostituées en Italie, dont près de 20 000 sont victimes de traite. De plus, les revenus générés par l’industrie du sexe dépasseraient les 90 millions d’euros par an, chiffre qui donne une idée de l’importance économique de cette activité pour le pays.

Profil des personnes prostituées en Italie

Concernant le profil des personnes prostituées en Italie, il est essentiellement féminin : les femmes représentent environ 90% de cette population. La majorité d’entre elles viennent d’Afrique subsaharienne ou de l’Europe de l’Est et quelque 60 % n’ont pas la nationalité italienne. Parmi les femmes prostituées, on estime que 40 % exercent leur activité dans la rue, tandis que les autres opèrent dans des appartements privés ou des clubs.

Profil des clients

Du côté des hommes qui fréquentent les prostituées, on remarque une grande diversité d’âges et de profils sociaux. Ainsi, tous les âges sont représentés, avec une moyenne située autour de la quarantaine. De même, il existe peu de différences entre les niveaux de revenu ou les catégories socioprofessionnelles parmi les clients. En revanche, on constate que l’incidence de la prostitution diminue chez les hommes plus jeunes, peut-être du fait d’une meilleure connaissance des risques et des enjeux liés à cette pratique, ainsi que de l’accès à Internet et aux sites de rencontres pour adultes.

Maisons closes historiques en Italie

Si les maisons closes n’ont pas toujours été illégales en Italie, certains établissements historiques témoignent de l’existence passée de ces lieux de plaisirs. Parmi les maisons closes les plus célèbres du pays, citons :

  1. Pompeii Lupanar : Ce lieu emblématique date de l’époque romaine et se situe dans les ruines de Pompéi. Il s’agit de l’un des plus anciens exemples connus de maison close. Le lupanar était décoré de fresques érotiques et comportait plusieurs chambres destinées aux rencontres entre clients et prostituées.
  2. Casa della Mercedes : Cette maison close, située à proximité de Naples, était réputée pour sa grande variété de services offerts aux clients. Des peintures murales érotiques y ornaient les murs, donnant une idée des diverses pratiques sexuelles proposées.

Il est crucial de se rappeler que ces établissements historiques ne peuvent être visités qu’à titre informatif ou culturel et ne sont en aucun cas destinés à leur ancienne activité illégale aujourd’hui.

Une évolution vers la légalisation en Italie ?

La question d’une éventuelle légalisation des maisons closes est régulièrement débattue en Italie, certains estimant que cela permettrait de mieux protéger les droits des travailleurs du sexe et lutter contre le trafic d’êtres humains. Les exemples d’autres pays européens tels que l’Allemagne, les Pays-Bas ou encore la Suisse sont souvent cités pour illustrer les avantages d’un système légal encadrant la prostitution dans des établissements sécurisés. Toutefois, aucune mesure concrète n’a été jusqu’à présent prise en ce sens, et il semble peu probable que la législation italienne change radicalement de position dans un avenir proche.

En conclusion, l’Italie possède une histoire riche et complexe en matière de maisons closes, qui demeurent aujourd’hui interdites par la loi. Pour ceux qui souhaitent explorer le monde du plaisir adulte en toute légalité, d’autres alternatives existent, telles que les clubs échangistes ou les salons de massage érotique. La question d’une légalisation des maisons closes reste en suspens, avec des arguments des deux côtés du débat.

Laisser un commentaire